Une rentrée en cuisine sous le signe de l’autonomie et de la décroissance

Ça y est, les vacances sont désormais derrière nous et la rentrée bat son plein. Finie la dolce vita, septembre nous embarque dans un nouveau tempo, rythmé de milles activités et curiosités. Et c’est d’ailleurs cette dernière qui a guidé la rédac’ sur les chemins de l’autonomie et de la décroissance en cuisine. Car même si l’été est terminé, pas question de renoncer au super combo bonne bouffe & slowlife. Alors, à vos bottes et binettes, on part jardiner !

Autonomie en cuisine : à vos potagers !

Il n’y a pas de secret, la clef d’une bonne alimentation est, avant même la cuisine, de connaître l’origine et la qualité des aliments. Pour cela, les marchés et petites épiceries de nos villes et villages sont souvent des valeurs sûres mais, vous le savez, chez Cuisissimo on aime faire de nos cuisines de vrais lieux d’expérimentation. Alors on s’est dit, et pourquoi pas le micro-potager ?

Décroissance en cuisine : faire preuve d'inventivité dans la création de votre potager : sur desserte ou en mur végétal pour un côté pratique et déco !
Faites preuve d’inventivité dans la forme de votre potager. Exit le traditionnel « bac à terreau », sur une desserte ou en mur végétal, ils seront à la fois pratique et déco !

Bien sur, l’idée n’est pas de condamner la chambre d’amis pour la transformer en potager, ni même d’y passer un temps vertigineux (on est comme vous, on court déjà partout !). Non, le but c’est plutôt de faire pousser nos petits légumes et plantes aromatiques pour se rendre compte du rythme de la nature et avoir la satisfaction de déguster des produits que l’on a pris soin de faire pousser.

Et, même si toutes les expérimentations sont les bienvenues, la culture intérieure (pour des questions de place et de ressources) se concentre surtout sur :

  • les herbes aromatiques, pour assaisonner nos petits plats
  • les plantes a tisanes : camomille, verveine, …
  • les tomates cerises
  • la patate douce (plante exotique, elle adorera la chaleur de votre intérieur !)
  • les fraises et framboises
  • les arbres fruitiers nains (clémentine, citron, prunes, … faites votre choix !)

Notre sélection de potagers d’intérieur

Décroissance en cuisine : consommer de saison

Décroissance en cuisine : prenez le temps de la cueillette !

La décroissance Késako ?

Pour faire simple, la décroissance c’est raisonner sa consommation pour prendre soin de l’environnement. Et, appliqué à la cuisine, cela sous entend :

  • une consommation locale et de saison. Et dans ce cas, le calendrier illustré des fruits et légumes de saison est un bon outil pour ceux qui sont un peu perdus et/ou pour sensibiliser les enfants.
  • une consommation maitrisée pour éviter le gaspillage et les produits transformés.
  • de l’inventivité ! Pour cuisiner de mille manières les aliments de saison, car après tout, le fromage et les fruits de mer ont aussi une saisonnalité !

La cueillette chez les maraîchers

Si le potager maison n’est pas fait pour vous, la cueillette le sera peut-être. Activité ludique à pratiquer entre amis ou en famille, l’idée est de troquer les caddies contre paniers et brouettes et d’aller chercher ses fruits et légumes directement à la source, chez le producteur. Vous pourrez ensuite cuisiner votre cueillette lors de vos séances de batchcooking ou encore congeler certains légumes pour avoir des réserves.

Véritable source d’économies, cette pratique est aussi l’occasion de passer du temps dans la nature, loin du stress et de l’agitation de la ville. Que demander de mieux ?

Décroissance en cuisine : tester la cueillette en famille

La cueillette sauvage

Et puis, il fallait y penser, pourquoi ne pas profiter de vos balades en nature pour faire de « petites courses » ?

Cèpes, girolles, pieds de mouton, … à l’arrivée de l’automne, la forêt regorge de petits trésors gustatifs que l’on adore en poêlée, compotée ou simple accompagnement. Mais les champignons ne sont pas les seuls bons aliments sauvages à cueillir lors de nos balades.

  • En été, les sentiers regorgent de mûres sauvages ou de fraises des bois. Faciles à cueillir, vous pouvez les déguster comme des petits bonbons tout au long de votre promenade ou décider d’en collecter davantage pour en faire des tartes, de la confiture ou même du coulis de mûres.
  • Enfilez des gants et faites de beaux bouquets d’orties. Car oui, cette plante que nous connaissons tous pour, enfant, s’y être trop frotté. Mais cette plante urticaire est aussi une super base pour vos soupes, quiches ou encore pesto d’orties. De quoi bien se réconcilier avec la plante !
  • Et pour ceux qui vivent au bord de l’océan, pensez à la pêche à pied ! Une activité simple mais ludique qui peut être réalisée en famille et qui vous fera faire le plein de grand air et d’iode. Fierté assurée lorsque, quelques heures plus tard, vous dégusterez vos pasta alle vongole !
Autonomie et décroissance : la cueillette sauvage d'ortie pour les soupes et de mûres pour les confitures

Attention néanmoins à ne cueillir que les fruits et plantes que vous connaissez ! Cette précaution est essentielle pour éviter tout risque d’intoxication et ainsi veiller à votre sécurité. Dans le doute, n’hésitez pas à vous rendre en pharmacie pour une petite vérification ou, pour les plus curieux, à suivre un stage cueillette avec François Couplan (cet ethnobotaniste est passionnant !).

Notre sélection de livres sur les plantes sauvages

Alors, prêt(e) pour un pas de plus vers une cuisine slow ?

Photos : Unsplash & Savez-vous planter chez nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut